Kitsune Aiki Dojo

L’aikido dans le Conflent








Evil Heart - Taketomi Tomo

le manga où l’aïkido se fait thérapie


Evil Heart est un manga qui raconte l’histoire d’Umeo, 12 ans, qui vit seul avec sa grande sœur de 16 ans suite à une série de drames ayant touché sa famille. On plonge dans le quotidien de ce jeune garçon dont l’entourage est tombé dans une sorte de spirale de la violence : la seule chose en laquelle Umeo a fini par croire, c’est sa force, ainsi que la violence dont il use au quotidien afin d’essayer de se sortir de toutes les situations. Bagarreur et fauteur de troubles, il cause bien du souci à sa sœur. Jusqu’à ce qu’il rencontre Daniel, un canadien qui vit au Japon et pratique un drôle d’art martial qui prétend que l’important n’est pas d’être le plus fort : l’aïkido.



Au début du premier tome, Umeo est l’exact inverse de tout ce que l’on attend en aïkido. Le jeune adolescent est l’incarnation même de la violence et son unique but est de devenir plus fort – même si l’on ne saisit pas encore exactement pourquoi. Il décide de suivre les cours de Daniel car il est impressionné par ses capacités de combattant : Daniel est pour lui l’une des personnes les plus fortes qu’il connaisse, et il souhaite apprendre ses « techniques imparables » pour toujours gagner un combat. Quelle surprise pour lui lorsque Daniel lui déclare que ce n’est pas si important que ça, d’être fort, et que si son seul souhait est de toujours gagner, la seule solution est alors... de ne pas se battre.

L’apprentissage d’Umeo débute sous le signe de la haine qui emplie son cœur : d’où le titre de la série (« Evil Heart » signifie « cœur méchant » ou « cœur malveillant »). Umeo n’a jamais su qu’attaquer et il se retrouve à prendre des cours auprès de quelqu’un qui n’a aucune technique d’attaque à lui enseigner... Ce qui ne fait dans un premier temps qu’attiser sa colère.

La série ne contient que 6 tomes, ce qui est très peu pour un manga. L’évolution d’Umeo se fait de manière constante : le rythme ne permet pas de s’ennuyer, sans pour autant proposer un parcours qui se fait de manière trop « facile ». L’aïkido a une fonction profondément thérapeutique sur Umeo, mais ce n’est pas pour autant un miracle : dans certaines situations, il va de nouveau devoir lutter contre cette violence sur laquelle il s’est bâti. Les titres des différents tomes permettent bien de se rendre compte de cette évolution : "livre de la force", "livre du cœur", "livre du Ki"...

Comme la plupart des mangas traitant des arts martiaux, Evil Heart appartient à la catégorie des « seinen », c’est-à-dire des mangas dont le public cible sont les jeunes hommes entre 15 et 30 ans (les autres sont souvent considérés comme des « shônen », si la tranche d’âge visée est plus jeune, mais dans tous les cas, ils restent souvent étiquetés comme « mangas pour les garçons »).
On reste tout de même sur un manga qui n’échappe pas à certains clichés : des passages ou des personnages peuvent paraître un peu caricaturaux (ou correspondre à des « types » très classiques pour un manga, mais qui paraîtront étranges à nos yeux d’européens) et les dessins restent globalement assez basiques pour ceux qui ne sont pas très amateurs du style manga (à noter tout de même que les scènes de pratique d’aïkido n’en restent pas moins assez bien réalisées et agréables à suivre)...
Seulement, loin de s’enfermer dans ces clichés, la série est susceptible d’intéresser un public assez varié : passionnés d’aïkido ou non, il nous raconte avant tout l’histoire d’un jeune garçon à qui la pratique d’un sport et le soutien des personnes qu’il y rencontre vont apporter un équilibre. Au-delà de la pratique de l’aïkido, assez habilement développée, on est ramenés à la dimension très humaine et donc sociale de la pratique d’un art martial à notre époque. La philosophie de l’aïkido correspond parfaitement à ce dont Umeo a besoin pour s’en sortir, mais il va également aider son professeur en retour sans s’en rendre forcément compte au début.
De plus, les principes de base de l’aïkido sont expliqués de manière simple et toujours justifiée par ce que traversent les personnages. La série se fait ainsi très discrètement didactique.

Pour les amateurs de mangas, ou les curieux qui voudraient voir comment l’aïkido peut être traité au travers de ce format.


Article de : clara




Vos commentaires

  • Le 3 février 2019 à 18:48, par Alex En réponse à : Evil Heart - Taketomi Tomo

    Merci pour cet article, pour moi c’est une découverte (chez un éditeur qui publie des oeuvres que j’apprécie !!). Donc je vais voir s’ils ont ça à la médiathèque !

    Répondre à ce message

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom





Site optimisé pour smartphone, tablette, parchemin et papier de riz - facebook
Par Créat-in - 2017